Quatrième partie

Comment les sportifs gèrent-ils leur stress ?

Dans cette partie nous présentons comment les sportifs gèrent leur stress juste avant une compétition ou à plus long terme pour mieux gérer leur carrière de sportif.

a) Gestion du stress juste avant une compétition

Voici quelles étaient les méthodes de Vincent : Première partie

                                                                     Deuxième partie

                                                                     Troisième partie

                                                                     Quatrième partie

                                                                     Cinquième partie

Juste avant une compétition, le stress des sportifs est à son paroxysme. Pour que ce stress ne devienne pas négatif, les sportifs ont chacun leurs méthodes, leurs rituels. La plupart des sportifs préfèrent s’isoler du monde, « se mettre dans leur bulle ». Pour cela, le plus souvent, ils écoutent de la musique.

 

 Concentration d'un sportif

Concentration d’un nageur avant une course

 

Dans cette interview, Guillaume Joli, handballeur français professionnel (double champion du monde, champion d’Europe et champion olympique en 2012) explique comment il arrive à évacuer la pression avant de tirer un pénalty : Première partie

             Deuxième partie

Mais d’autres ont besoin au contraire d’être en relation avec les spectateurs, ou de se détendre en rigolant, voire même de faire le pitre devant la caméra.

Ici, aux championnats d'Europe indoor de paris Bercy 2011, Renaud Lavillenie demande au public de l’encourager en tapant des mains. Ceci lui permet d’évacuer le stress négatif et de réaliser une performance extraordinaire, battre le record de France du saut à la perche.

Autre exemple, celui d’Usain Bolt lors de la Diamond League à Stockholm en 2011, qui fait son « show » devant les caméras juste avant une course importante qu’il remportera haut la main.

 b) Gestion du stress juste sur le long terme

 Nous avons abordé ce sujet avec Vincent, et voici ce qu'il nous a dit : Première partie

                                                                                                      Deuxième partie

                                                                                                      Troisième partie

Nous allons parler des différentes méthodes pour gérer son stress sur le long terme.

Plusieurs stratégies sont employées dans le cadre de la gestion du stress. Certaines s’appuient sur un changement de l’environnement, d’autres concernent uniquement la modification de l’état émotionnel du sujet et sont utiles lorsque la situation ne peut pas être améliorée. D’autres, enfin sont applicables au niveau d’un groupe. Dans les situations où il n’est pas possible d’éliminer le facteur stress (compétition, rencontre importante, …), ce sont des stratégies centrées sur la régulation émotionnelle qui sont utilisées.

Voici quelques techniques de gestion du stress pour les sportifs :

a) La respiration contrôlée : En situation de stress, il est classique d’avoir « le souffle coupé » ou de respirer rapidement et superficiellement. Il faut donc apprendre à respirer au mieux en fonction des situations.

b) Les relaxations : La relaxation constitue une des approches les plus utilisées en matière de gestion du stress à l’heure actuelle. L’idée consiste à provoquer une détente psycho- corporelle grâce à une action sur la tonicité du corps, sur la tension viscérale et la respiration.

c) La sophrologie : Etymologiquement, sophrologie signifie  « étude de l’harmonie de la conscience ». La sophrologie se présente aujourd’hui comme le carrefour de la sagesse orientale et des découvertes occidentales notamment en matière de psychologie. La technique consiste à un travail respiratoire et un relâchement musculaire de tout le corps. L’individu pratique ensuite une visualisation sur l’écran mental « d’images positives ». Globalement, on cherche alors à associer, par visualisation, des situations habituellement vécues comme stressantes à un état plus calme, plus serein.

Lorsque nous sommes relaxés, nous sommes plus disponibles, plus créatifs, et plus aptes à porter un regard positif sur les événements. Reconnue pour être une excellente méthode de préparation mentale, c’est donc une science qui étudie la conscience humaine, une philosophie humaniste ainsi qu’une méthode de restructuration. 

d) L’imagerie mentale : L’imagerie mentale peut-être visuelle ou auditive, et elle permet d’évoluer vers la zone de stress positif. Elle sera relaxante pour récupérer ou dynamisante pour favoriser l’action.

  • Pour récupérer, le sportif visualise des images qui incitent à la détente (une mer calme, une belle montagne, une sensation particulière…)
  • Pour favoriser l’action, le sportif visualise des images dynamisantes, une musique entraînante, une odeur liée à un souvenir de réussite…
  • Pour affronter une situation inconnue, on utilise une imagerie mentale d’anticipation (lors d’une séance de programmation de la réussite par exemple).
  • Pour optimiser une action particulière (geste sportif), on utilise une imagerie de reproduction. Le sportif va reproduire chaque mouvement, chaque séquence gestuelle ou chaque phase de la compétition en les voyant et /ou en les vivant. C’est donc une technique de répétition mentale dite technique de dynamisation qui consiste en reproduire et répéter en état de détente un geste particulier. Le but essentiel pour le sportif est ici de contrôler ses réactions de stress et de garder ses moyens pendant la compétition afin de pouvoir réaliser de façon optimale un geste donné. 

e) La programmation mentale de la réussite : La PMR (programmation mentale de la réussite) est une technique de dynamisation qui permet d’aborder positivement une épreuve, un objectif, ou une situation vécue comme stressante pour laquelle soit vous perdez vos moyens soit vous n’êtes pas motivé. La PMR favorise la dédramatisation de la situation et développe la confiance en soi, ce qui incite à agir et persévérer. La PMR s’effectue en 4 étapes :

  • Formuler son objectif
  • Phase de projection : le sujet doit projeter la réussite parfaite de son action
  • La programmation : ici le coach et le sportif mettent en place des plans d’action, programmes d’entraînement qui permettront de gérer les réactions inadaptées au stress
  • Phase d’ancrage : dans le présent on ramène ici et maintenant toutes les idées positives

Les expériences menées avec des athlètes montrent qu’au lieu de faire simplement de la gestion du stress, il est plus intéressant de chercher à développer un « état optimal de performance ». Les athlètes doivent être capables d’augmenter  aussi bien que de baisser leur niveau d’activation, d’avoir un dialogue interne aussi bien pessimiste (se faire peur pour rester concentrer) qu’optimiste, de baisser les objectifs aussi bien que de les augmenter. Il s’agit plus d’un entraînement aux habiletés psychologiques. La gestion du stress n’est qu’un outil parmi d’autres.

 

En conclusion, toutes les techniques prennent en compte les facteurs liés au stress.

  • Il faut bien s’alimenter, se détendre, se relaxer.
  • Il faut anticiper le stress et se retirer des situations stressantes ; les facteurs physiques de résistance au stress doivent être gérés en faisant de l’exercice ; les facteurs psychologiques doivent être gérés en déterminant les causes du stress. Il faut contrôler les idées irrationnelles, se donner le soutien nécessaire. On peut améliorer la performance en apprenant des techniques mentales qui accroissent l’efficacité du compétiteur ou qui aident l’athlète à surmonter les obstacles qui l’empêchent d’être efficace, vaincre les pressions de la compétition qui peuvent venir des attentes des parents et/ou des entraîneurs aussi bien que des attentes du sportif lui-même par rapport aux performances, faire de l’exercice régulièrement
  • Enfin, il faut rire ou sourire le plus fréquemment possible car lui aussi peut-être considéré comme un antistress : le rire c’est la liberté du corps et de l’esprit apportant calme et détente, et donc conservation de l’énergie et de l’efficacité pour aboutir à ses fins. Les recherches ne cessent de démontrer les effets bénéfiques du rire pour contrer les conséquences néfastes du stress. Les actions bénéfiques du rire sont nombreuses sur le rythme respiratoire, sur le rythme cardiaque car il stabilise les battements cardiaques. Le rire provoque également une relaxation musculaire totale, et il améliore la qualité du sommeil en libérant des endorphines bienfaisantes.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site